Archives par mot-clé : coeur

Grande, très grande révélation !

 adoration_bergers_giorgione1504_washington

Grande, très grande révélation !
Ce n’est pas ici un vain spectacle d’art et de sensibilité, simple volupté du cœur et des yeux.
Non, c’est un acte de foi, un mystère, mais non absurde, la base sérieuse et solide de religion, d’éducation, sur lequel va s’élever tout le développement de la vie humaine.
Quel est ce mystère ? Le voici…

(Texte de Jules Michelet, La Femme)

J’aime les bouches sans venin, les cœurs sans stratagème

Je suis haï. Pourquoi ? Parce que je défends
Les faibles, les vaincus, les petits, les enfants.
Je suis calomnié. Pourquoi ? Parce que j’aime
Les bouches sans venin, les cœurs sans stratagème.

Le bonze aux yeux baissés m’abhorre avec ferveur,
Mais qu’est-ce que cela me fait, à moi rêveur ?
Je sens au fond des cieux quelqu’un qui voit mon âme ;
Cela suffit. Le flot ne brise point la rame,
Le vent ne brise pas l’aile, l’adversité
Ne brise pas l’esprit qui va vers la clarté.

Je vois en moi l’erreur tomber et le jour croître ;
Je sens grandir le temple et s’écrouler le cloître.
Rien de fermé. Le ciel ouvert. L’étoile à nu.
L’idole disparaît, Dieu vient. C’est l’inconnu,

Mais le certain. Je sens dans mon âme ravie
La dilatation superbe de la vie,
Et la sécurité du fond vrai sous mes pas.
L’abri pour le sommeil, le pain pour le repas,
Je les trouve. D’ailleurs les heures passent vite.
Quelquefois on me suit, quelquefois on m’évite ;

Je vais. Souvent mes pieds sont las, mon cœur jamais.
Le juste, — Hélas, je saigne, où sont ceux que j’aimais ? –
Sent qu’il va droit au but quand au hasard il marche.
Je suis, comme jadis l’antique patriarche,
Penché sur une énigme où j’aperçois du jour.

Je crie à l’ombre immense : Amour ! Amour ! Amour !
Je dis : espère et crois, qui que tu sois qui souffres !
Je sens trembler sous moi l’arche du pont des gouffres ;
Pourtant je passerai, j’en suis sûr. Avançons.

Par moments la forêt penche tous ses frissons
Sur ma tête, et la nuit m’attend dans les bois traîtres ;
Je suis proscrit des rois, je suis maudit des prêtres ;
Je ne sais pas un mois d’avance où je serai
Le mois suivant, l’orage étant démesuré ;

Puis l’azur reparaît, l’azur que rien n’altère ;
Ma route, blanche au ciel, est noire sur la terre ;
Je subis tour à tour tous les vents de l’exil ;
J’ai contre moi quiconque est fort, quiconque est vil ;

Ceux d’en bas, ceux d’en haut pour m’abattre s’unissent ;
Mais qu’importe ! Parfois des berceaux me bénissent,
L’homme en pleurs me sourit, le firmament est bleu,
Et faire son devoir est un droit. Gloire à Dieu !

13 décembre 1874.
Victor Hugo
Les Quatre Vents de l’esprit
1908 (pp. 89-90).

Avent

avent2

Terre maternelle
Tu as reçu la semence vivante
Dans l’abri de ton sol
Sombre et accueillant.
L’ample manteau de la nuit
Etendu sur nous,
Et me soleil tandis qu’il parcourt
Sa ronde rapide et brève,
Parlent à nos coeurs
Par des signes et des promesses.
Toi la Terre du as porté
Les pas de Marie
Quand patiemment elle cheminait
Vers le sud, jusqu’à Bethléem ;
Et tu nous portes
Aujourd’hui dans nos labeurs,
Afin que le Christ
Puisse naître en nous.
Nous l’attendons
Lui l’envoyé du Père,
Qui guérit et apporte
En notre être
L’amour, véritablement.

Adam Billteston

 

J’ai ancré l’espérance

Sunset-freedom-316x208

J’ai ancré l’espérance
Aux racines de la vie

*

Face aux ténèbres
J’ai dressé des clartés
Planté des flambeaux
A la lisière des nuits

*

Des clartés qui persistent
Des flambeaux qui se glissent
Entre ombres et barbaries

*

Des clartés qui renaissent
Des flambeaux qui se dressent
Sans jamais dépérir

*

J’enracine l’espérance
Dans le terreau du cœur
J’adopte toute l’espérance
En son esprit frondeur.

Andrée Chedid

Poème publié dans l’anthologie Une salve d’avenir.
L’espoir, anthologie poétique, parue chez Gallimard en Mars 2004

Infinitude de l’Amour

15_love
Mon cœur de rose
Sur ton coeur en roses.
Ta main en baisers de rosée
Sur ma peau tendrement déposée.
Et le soleil en veloutés irisés
Caresse l’aube d’un Amour secret.

Le silence en murmures ravissants
Déploie les délices de l’instant.
Mon oeil en ton Âme
Et ton Âme en mon œil
Libèrent les vœux de l’innocente flamme,
Dont nos corps se donnent en divins accueils.

Qu’il est doux le parfum de mon Aimé;
Dans mon écrin, son havre de paix.
Qu’il est doux le parfum de notre Amour;
Dans mon écrin, la Rose du Toujours.

Haether et Orson Willis